Connect with us

Portraits

Le V.I.E, une formule ouverte à tous

Pas besoin d’être surdiplômé pour partir à l’étranger en Volontariat international en entreprise ! Titulaire de l’équivalent d’un bac +2, le Réunionnais Jordan Nisçoise s’est envolé pour le Québec il y a deux ans. Passionné de programmation informatique, il a trouvé le poste qui lui convenait dans une société de conseil à Montréal. Il est aussi « tombé en amour » pour ce pays pourtant aux antipodes de son île dans l’océan Indien.

Publié

on

Le V.I.E, une formule ouverte à tous

Son métier consiste à créer, écrire, tester, maintenir et documenter des sites Internet, des applications mobiles ou encore des logiciels. « Il s’agit de mettre en place des programmes informatiques en travaillant en équipe et en collaboration avec les clients, les chargés de projets et les autres développeurs », détaille Jordan Nisçoise. Employé par une société de conseil à Montréal, Davidson Consulting, il a l’opportunité d’apporter une expertise au cours de missions variées, en accord avec son projet professionnel et les besoins du client qui le sollicite. « À ce jour, j’ai pu découvrir deux environnements fonctionnels qui m’attiraient, témoigne le jeune homme : les télécommunications et la banque. Je suis intervenu dans deux grandes institutions canadiennes au moment où celles-ci entamaient un virage technologique, avec pour objectif de moderniser leurs applications internes. » Il existe une importante demande de développeurs au Canada et le rythme de renouvellement des effectifs est conséquent. Les entreprises canadiennes sont friandes des assurances proposées par les sociétés de conseil, que ce soit sur le plan de la stabilité de l’effectif ou même de l’expertise des consultants.

Projet de mobilité

Suite à l’obtention de son baccalauréat, en 2013, sur l’île de la Réunion d’où il est originaire, Jordan Nisçoise s’est alors orienté vers Toulouse pour entamer un cursus universitaire dans le secteur des sciences fondamentales appliquées. Rapidement passionné par la programmation logicielle, il a mis en pratique ce qu’il avait appris sur divers projets personnels et a voulu en faire son métier.

En partenariat avec l’Agence de l’outre-mer pour la mobilité (Ladom), le jeune homme a pu s’inscrire à la formation professionnelle « développeur logiciel » de l’Afpa (Agence nationale pour la formation professionnelle des adultes), ce qui lui a permis d’acquérir un titre professionnel de niveau III (équivalent bac +2) en 2017. « Une jeune entreprise de services numériques toulousaine m’a alors donné l’opportunité de lancer ma carrière professionnelle sur des projets variés dans l’aéronautique et l’aviation civile », raconte-t-il.

En 2019, il a voulu changer d’environnement et découvrir un nouveau pays. Un ami lui parle alors du V.I.E. « Cette expérience professionnelle à l’étranger correspondait, en tout point, à mon projet de mobilité, dit-il. J’ai postulé pour un poste de développeur logiciel et ma candidature a été retenue après entretiens et tests d’aptitudes techniques. »

Événements virtuels

L’autre découverte de Jordan Nisçoise a été le Canada lui-même, pays des grands espaces et aux hivers rigoureux. « J’ai voulu m’y rendre suite aux nombreux retours positifs que j’ai eus sur ce pays, tant sur le plan professionnel que personnel, se souvient-il. Très rapidement après mon arrivée, le gouvernement a mis en place des mesures pour faire face à la pandémie. Le télétravail a été rendu obligatoire dans la province du Québec et les entreprises ont su s’approprier très efficacement cette nouvelle façon de travailler. Des outils nous ont été fournis par les clients pour nous permettre de poursuivre nos tâches à distance et mon entreprise a accompagné ses employés dans l’équipement de notre poste de travail à domicile. »

Aujourd’hui, Jordan Nisçoise s’est accommodé de cette façon de travailler et, même si le contact au bureau lui manque, il dit n’avoir jamais été aussi productif. De plus, son entreprise a organisé des événements virtuels pour permettre aux collaborateurs de maintenir une cohésion d’équipe sous forme de jeux, de formations ou d’échanges sur des sujets qui les intéressaient. « Construire une vie sociale était compliqué du fait des restrictions gouvernementales, admet-il. Mais j’ai pu faire de très belles rencontres. Montréal est une ville dynamique où j’ai trouvé une grande diversité culturelle. L’intégration y est très facile. Maintenant, que nous ne sommes plus confinés, j’ai hâte de partir à la découverte du pays. »

Continue Reading
Cliquez pour commenter

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Newsletter

Populaire