Connect with us

Vie pratique

Bienvenue en Acadie : le Nouveau-Brunswick

Destination attractive pour les francophones, l’Acadie présente une multitude d’atouts pour les postulants à l’émigration au Canada. À l’approche de la fête nationale de l’Acadie du 15 août, Français à l’étranger propose une série de cinq articles de présentation du territoire acadien et des provinces qui le composent. Aujourd’hui, zoom sur le Nouveau-Brunswick.

Publié

on

Bienvenue en Acadie : le Nouveau-Brunswick

Présentation

La province fut découverte et explorée pour la première fois au XVIIe siècle par des explorateurs européens. Territoire de conflits entre Français et Anglais, la province fut cédée aux Anglais en 1710. Depuis 1867, le Nouveau-Brunswick fait entièrement partie du Canada et n’est plus sous l’hégémonie de la Grande-Bretagne.

Il s’agit de la plus grande des provinces maritimes (72 908km2), bordée à l’ouest par les États-Unis avec l’État du Maine et au nord-ouest par le Québec. Entre océan Atlantique et chaîne des montagnes Appalaches, la nature est omniprésente au Nouveau-Brunswick et représente un atout économique pour la province. C’est un territoire plus densément peuplé que l’ensemble du territoire canadien (10 hab/km2 contre 3 hab/km2). Plus de 700.000 personnes vivent dans cette province et représentent près de 2% de la population nationale.

L’agglomération la plus peuplée et la plus ancienne est celle de Moncton. Elle est considérée comme la plus en mouvement et festive. Saint John, deuxième ville la plus peuplée, est une cité portuaire qui propose un agréable cadre de vie. La capitale, Fredericton, est plus calme mais souvent citée parmi les villes les plus belles du Canada. Ces trois villes accueillent près d’un tiers de la population de la province.

Le Nouveau-Brunswick a mis en place une stratégie de croissance démographique destinée à attirer les talents étrangers, et notamment français. C’est une province multiculturelle qui souhaite développer son économie avec une main-d’œuvre qualifiée car un nombre croissant de ses jeunes quittent le territoire au profit du Québec ou des États-Unis.

Le Nouveau-Brunswick est la seule province canadienne à avoir instauré l’anglais et le français comme langues officielles. De nombreuses communautés francophones y vivent, permettant aux nouveaux arrivants de ne pas se sentir dépaysés. Elles sont, pour leur grande majorité, situées au nord de la province dans les villes de petite ou moyenne taille. En 2016, plus de 230.000 francophones étaient recensés dans la province et représentaient 30% de la population totale. Le Réseau de l’immigration francophone du Nouveau-Brunswick (RifNB) œuvre dans le sens de l’intégration de communautés francophones étrangères en Acadie à travers l’immigration et des partenariats entre pays et organismes.

Éducation

Il existe quatre universités publiques dans la province. L’Université du Nouveau-Brunswick, dont le campus principal se situe à Fredericton, est connue pour ses formations en ingénierie, informatique et en sylviculture. La St.Thomas University; aussi établie à Fredericton, dispense des formations en arts, éducation et le travail social. Les deux autres universités sont la Mount Allison University établie à Sackville et l’Université de Moncton. La première offre des programmes en arts, en sciences et en gestion des affaires et la deuxième possède un large choix de formations et est la plus grande université canadienne française après celle du Québec.

L’inscription aux universités se fait individuellement sur le portail en ligne de chacune et à partir d’octobre de l’année précédant le départ jusqu’à janvier.

La province dispose de plusieurs établissements de formation post-secondaire, dont le Collège communautaire du Nouveau-Brunswick (CCNB) qui dispense de nombreux programmes en français. Cet établissement dispense des formations professionnelles et techniques. Le taux d’emploi après ces formations est de 90%.

Une fois diplômés, les étudiants internationaux inscrits dans des institutions post-secondaires publiques canadiennes désignées ont généralement droit à un permis de travail post-diplôme (PTPD) à la fin de leurs études valable d’un à trois ans.

Le programme provincial d’immigration du Nouveau-Brunswick (PCNB) offre la possibilité aux di plômés internationaux d’obtenir la résidence permanente dans la province via le volet « Programme des diplômés étrangers du Canada Atlantique ».

La Société Nationale de l’Acadie (SNA), à travers l’Office de la mobilité internationale en Acadie, permet d’accompagner les candidats au départ, notamment pour y effectuer un stage.

Emploi

Certaines provinces désignent un certain nombre de professions en déficit de travailleurs qualifiés via le volet Entrée express du PCNB. Voici la liste de ces professions pour le Nouveau-Brunswick : canadianvisa.org.

Les secteurs en croissance sont ceux des TIC et de la cybersécurité et sont donc en recherche de main-d’œuvre qualifiée, notamment dans la géomatique, les technologies océaniques, la santé numérique, le SaaS (modèle de distribution de logiciel à travers le Cloud) et les télécommunications. La province est d’ailleurs devenue le lieu de rencontre de leaders technologiques tels que IBM, Salesforce, CGI, Xerox, T4G, Tech Mahindra, Accreon, Cardinal Path, HCL Technologies, etc. Il y a également une pénurie dans les secteurs de la santé, de l’enseignement universitaire et du travail social.

Des investissements massifs ont été consentis dans le secteur de la construction navale ces dernières années. La croissance de cette activité offre donc des opportunités intéressantes, particulièrement dans les emplois qui requièrent des compétences précises en ingénierie.

La SNA met en ligne sur son portail différentes offres d’emploi disponibles en Acadie.

Plus généralement, le portail OpportunitiesNB peut constituer une aide précieuse dans les démarches de recherche d’emploi en proposant des formations, optimisant les CV, mettant en relations demandeurs et offreurs d’emploi dans les domaines des technologies, la fabrication de pointe, la technologie agricole, la cybersécurité, l’e-santé ou l’innovation énergétique.

De nombreux organismes permettent d’aider les immigrants dans leur installation et recherche d’emploi notamment en fonction de la ville ou du territoire concernée. Voici une liste de ces organismes : welcomenb.ca.

Pour postuler aux différentes offres d’emploi, il faut consulter les différents sites mis à disposition tels que : guichetemplois.gc.caemplois.ca.indeed.comoption-carriere.ca.

Entrepreneuriat

De nombreux entrepreneurs choisissent le Nouveau-Brunswick pour s’y implanter. L’économie y est diversifiée et en pleine croissance et sa position géographique entre le Québec et les États-Unis en fait une destination de choix.

Le Gouvernement du Nouveau-Brunswick a publié trois guides pour aider les entrepreneurs immigrants à créer leur entreprise et à se familiariser avec le monde des affaires dans la province :

Le ministère de l’Éducation post-secondaire, de la Formation et du Travail a mis en place des programmes de mentorat destinés aux immigrants et des incubateurs d’entreprises comme La Ruche/Hive.

L’imposition sur les sociétés est très favorable pour les petites entreprises dans la province. Le taux d’impôt sur le revenu des petites entreprises est en baisse constante depuis 2015. Aujourd’hui, il s’élève à 2,5%.

L’organisme Women in Business au Nouveau-Brunswick aide les femmes entrepreneures à développer leurs idées, les mettre en œuvre et établir des relations d’affaires.

Enfin, le Conseil Économique du Nouveau-Brunswick (CENB) aide les entrepreneurs étrangers qui souhaitent s’implanter dans la province. Opportunités NB est un organisme de développement des affaires au Nouveau-Brunswick qui stimule la croissance économique et la création d’emplois dans la province.

Continue Reading
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Advertisement

Newsletter

Populaire