Connect with us

Vie pratique

Trouver un logement à Montréal… sans se planter.

Mercredi 16 février, l’Union France a présenté un webinaire sur la recherche de logement à Montréal, présenté par Julia Verona, Laurence Brossard et Marc André Reid d’Espace Nord.

Publié

on

Trouver un logement à Montréal… sans se planter.

La conférence, accessible gratuitement sur le site d’Union France et présentée par Espace Nord, commence par une petite présentation du lexique québécois propre à l’immobilier. On apprend ainsi que le rez-de-chaussée est appelé premier étage, le premier étage au Québec correspond donc au deuxième en France. La salle de lavage, quant à elle, correspond à la laverie, la poêle à la cuisinière etc.

Une fois le lexique en poche, il suffit de partir à la recherche d’appartement. Plusieurs sites sont reconnus à Montréal dont Kijiji, et Facebook Market Place «  qui fonctionnent le mieux », mais aussi Kangalou, Quoloc.com, ou une agence comme Espace Nord (qui anime cette discussion.) Souvent, il suffit de se promener dans la rue pour tomber nez à nez avec les affiches « à louer »

Quel quartier choisir ?

Montréal, c’est aussi une trentaine de quartiers différents. Alors, lequel choisir ? Les quartiers les plus recherchés restent indéniablement celui du Plateau-Mont-Royal, connu pour être « le quartier de prédilection des Français. C’est un quartier très vivant et vraiment central » témoigne Julia. Il comprend aussi le Mile-end, Laurier, et le Ghetto McGill. Les avantages sont nombreux : le quartier est au cœur du centre-ville, proche des métros de la ligne orange et de nombreux commerces, bars et restaurants. Les espaces verts sont aussi très présents. On peut se rendre sur le Mont Royal pour faire des randonnées dans la nature et avoir une vue imprenable sur la ville, ou au Parc La fontaine, repère des patineurs l’hiver et des pique-niqueurs l’été. Le seul inconvénient ? C’est un des quartiers les plus chers de Montréal.

Crédit : Espace Nord

 

Dans les quartiers les plus en vogue et pour un peu moins cher, on trouve ceux de Rosemont —la Petite-patrie, comprenant la Petite Italie et le Vieux Rosemont, situés non loin du marché Jean Talon.  Dans le même coin, on tombe sur le quartier Villeray – desservi par la station Jarry – et proche du parc Jarry. Pour encore moins cher, on peut se diriger vers le quartier d’Hochelaga-Maisonneuve, à proximité du centre Olympique et du Biodôme, mais déjà plus éloigné du centre-ville. « Le plus important est d’être prêt du métro ou des bus quand on choisit son logement », conseillent les deux animatrices.

Il y’a également le quartier Ville Marie, en plein centre-ville, prêt des grands commerces qui comprend Griffontown et le Vieux port, à cheval sur ligne orange et verte. « Les logements sont souvent rénovés, plus luxueux », mais aussi plus cher. On peut choisir le Sud-Ouest, avec des loyers abordables malgré la gentrification, prêt du marché bien connu d’Atwater, à proximité du Canal Lachine et de nombreux restaurants et bars. Enfin, il y a Côte des neiges, quartier étudiant de référence, à côté d’HEC Montréal, l’UDEM et Polytechnique, où on trouve des appartements à prix abordables, mais assez excentrés.

Bien prévoir son budget

Niveau budget, « il ne faut pas penser en euros. Celui-ci dépend de ce qui est compris dans le loyer et de la localisation. » Si un loyer est bas, il est toujours bon de vérifier les charges.  Pour celles-ci, l’avantage du Québec est que l’eau est gratuite. Il ne reste donc qu’à payer l’électricité, relativement peu cher, le gaz, l’assurance habitation et le wifi. « C’est très important de visiter l’appartement en physique ou virtuellement car il y’a souvent des arnaques. », conseillent les jeunes femmes. Il faut également faire attention à quel propriétaire on choisit de louer, c’est pour cela qu’il peut être intéressant de passer par une agence.

Résiliation du bail

Pour résilier un bail, il faut attendre de recevoir «l’ avis d’augmentation du loyer et de modification d’une autre condition du bail » 3 à 6 mois avant la fin de celui-ci.  Il suffit ensuite d’indiquer si vous souhaitez quitter ou rester dans le logement. En cas d’absence de réponse, la reconduction est automatique.  Dans le cas où vous  souhaiteriez partir avant la fin du bail, il faut trouver un accord avec le propriétaire, transférer le bail ou sous-louer l’appartement en attendant la fin du bail.  Il est préférable actuellement de louer que d’acheter car «  en ce moment il y a un phénomène de surenchère avec beaucoup de demandes pour peu de logements.

Continue Reading
Advertisement
Cliquez pour commenter

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Advertisement

Newsletter

Populaire